Rencontre avec Antanas Mockus, un superhéros à la Smala !

Repas-conférence pour rencontrer, discuter, s’inspirer, collaborer avec le supercitoyen Antanas Mockus, le samedi 10 juin 2017 au CPO, Beau-Rivage 2, 1006 Lausanne.

17h-18h : ouverture des portes, apéritif avec Antanas Mockus
18h-19h : projection de film sur l’écologie en Amérique Latine
19h-20h30 : conférence d’Antanas Mockus, en français
20h30-23h30 : repas, avec spectacle surprise latino

Billetterie ici

Liste des prix (hors frais de billetterie) :
Prix pour groupes jusqu’à 6 personnes : CHF 150.- Prix pour 2 adultes et 1-3 personnes de moins de 25 ans : CHF 100.- Prix par personne : CHF 50.-
14-25 ans: CHF 30.-
Gratuit pour les moins de 14 ans

Alternativement, vous pouvez vous inscrire par versement direct sur le compte de notre association et en écrivant à mockus@lasmala.org vos coordonnées+nombre de billets commandés.

Infos bancaires :
Association Smala
1000 Lausanne
IBAN : CH92 0900 0000 1742 5685 6
CCP : 17-425685-6

Bénévoles bienvenus pour une à deux journées, le vendredi 9 juin dès midi et le samedi 10 juin de 11h à 23h. Inscription des bénévoles ici.

Mais qui est donc Antanas Mockus ?

Mockus vient passer une semaine à la Smala. Vraiment. C’est pas une blague. Il est pour nous un superhéros, une source d’inspiration majeure. Triple champion du monde dans la catégorie poids lourds des visionnaires humanistes, Antanas rejoint pour nous le cercle exceptionnel des accoucheurs-réconciliateurs d’une mondialisation heureuse. Vous avez aimé Pierre Rabhi sur la décroissance ? Elizabeth Kubler-Ross sur l’acceptation de la mort (seule suissesse parmi les 100 personnalités qui ont le plus changé le 20e siècle selon le Times) ? Paolo Freire sur la théologie de la libération (brésilien exilé à Genève) ? Rudolf Steiner sur anthroposophie à Bâle ? Albert Jacquard (un des parrains de la Smala) sur l’assignation à résidence sur terre ? Vous allez a-do-rer Mockus.

Quelle histoire !!!

Antanas, figure historique ? Jugez plutôt. Dès ses débuts dans le monde académique, Mockus s’engage dans ce qu’il nomme une insurrection éducative. Il co-fonde par exemple une communauté où il cohabite avec des étudiants et enseignants, issus d’une université publique dont il devient lui-même recteur. Un recteur qui habite avec ses étudiants, vous en connaissez beaucoup ? Il se crée une réputation d’extravagant en 1993, face à des étudiants turbulents, en baissant son pantalon et montrant ses fesses à la classe. Pour expliquer ce geste, ce rigolo fort médiatique n’hésite pas à citer Pierre Bourdieu et son concept de  »violence symbolique ».

Et s’il n’y avait que cela…

En 1994, Antanas se lance en politique. Misant sur son honnêteté, il est candidat à la mairie de Bogota, ville de 7 millions d’habitants, alors considérée comme l’une des plus violentes au monde. Une ville de corruption et de clientélisme, de pauvreté et de délinquance urbaine, de vols et de viols, enfer d’agressions mortelles. Sans budget ni campagne, grâce au bouche à oreille, il se fait connaître par des actes symboliques, vêtu d’un costume de Mockus Superman, avec un gros porte-couille, voyez plutôt :

Et le voilà élu en 1995. Obligé de porter un gilet pare-balle, il le troue à l’endroit du coeur. En moins de 3 ans, il change la ville. Il utilise intelligemment le pouvoir qui lui est confié, et réussit à faire baisser significativement la délinquance et la violence (23 homicides pour 100 000 habitants en 2003, contre 80 en 1993), à imposer des journées sans voitures, à réduire les chauffards en identifiant que leur peur principale était d’être ridiculisés (il paie des mimes pour les gêner en public LOL). Il réussit surtout à augmenter les transports publics, à implanter un important réseau de bibliothèques publiques, à amener les étudiants à faire leur thèse en pratiquant leur futur métier dans les quartiers pauvres. Il organise le concours de la rue la plus jolie, et Bogota devient une des villes les plus agréables à vivre d’Amérique latine.
C’est tout cela, concrètement, qui nous inspire.

Et c’est pas fini…

Pour stimuler la réflexion citoyenne, il continue à faire le clown. Il s’adresse aux journalistes coiffé d’un chapeau en forme de fromage. Il se marie à dos d’éléphant dans un cirque. Le voilà tour à tour qualifié de candidat clown, émigré lituanien, atypique excentrique, mathématicien multilingue, administrateur organisé, Professeur Prophète, tsunami vert, visionnaire précurseur, supercitoyen.
En 2012, candidat aux présidentielles pour le parti vert de Colombie, les 3 autres candidats aux primaires, ses concurrents, ne tarissent pas d’éloges envers lui. Il se présente en déclarant « j’ai un parkinson précoce, il me reste 12 ans que je peux mettre au service de la république ». Et il arrive au 2e tour, contraignant les libéraux et conservateurs à s’unir pour « faire front » contre cet écolo qui fut presque élu. Vous imaginez l’ambiance ?

Voir quelques articles de presse parus sur lui dans Courrier International (FR) / The Guardian (EN) / Sundance Festival (film EN/DE) / Harvard Gazette (EN) / Newsweek (EN) / Publimetro (ES) / Le Petit Journal (FR) / Le Monde (FR) / Persee (FR)

L’humilité et la résilience de Mockus

Depuis lors, la maladie d’Antanas l’a réduit un peu, mais seulement un peu. Sa voix s’arrête parfois quelques secondes, mais son écoute reste intacte, et son esprit est toujours aussi vif, engagé pour des causes nécessaires et chères à son pays. Et c’est en jogging qu’il nous a reçu par écran interposé dans sa maison de Bogota. Nous avons réalisé un long entretien préparatoire pour son voyage en Suisse à la Smala. Il va aussi donner une conférence en anglais à TEDxGeneva le 12 juin. Il vient pour témoigner, transmettre son héritage politique et citoyen, et nous inspirer. Précisons aussi qu’il n’est clairement pas en campagne politique, juste dans une dynamique d’engagement citoyen.

Son ego est resté modeste, malgré les superlatifs employés ici pour marquer le coup et célébrer la bonne nouvelle de sa visite.
Il est tellement modeste qu’il a accepté de venir nous voir passer du temps, apprendre à se connaître, pour mieux s’inspirer et coopérer. Oui. En plus il est francophone.

Alors on a besoin de votre aide. Juste un peu SVP. SVP, soutenez l’organisation de son voyage. Nous organisons un repas-conférences de soutien, un moment simple, samedi 10 juin (à Lausanne) de 17h à 23h30, avec vous !
Billetterie ici.