Château de Corbières – A l’étude

Écovillage en Gruyère : du rêve à la réalité !

Ci-dessous tout le projet par étapes. Tout en bas, les dossiers utiles à télécharger.

Soirées premiers contacts : voir ici

Contact: Christiane Kolly 079 3788366 et Theo Bondolfi 076 3769776

Introduction : un rêve qui se précise.
Qui ne rêve pas de créer un écolieu humaniste, de partage, pour vivre pleinement cette transition écologique ? Seulement voilà : entre rêve et réalité, l’écart est grand. Seul un projet sur dix d’éco-communauté aboutit, selon le livre “Vivre autrement” de Diane Leafe Christian, et selon les expériences décrites dans le livre Ecopol.

10%, c’est bien peu, surtout quand on est conscient de l’urgence de ralentir nos consommations et nos productions en apprenant à mieux vivre ensemble (ce que l’on nomme aussi écologie sociale, ou écologie communautaire) ! Pour créer une ruche créative mélangeant cohabitat et coopération écologique, les défis sont nombreux. Réunir les fonds tout d’abord, mais aussi (voire surtout!) trouver des pilotes de projet pouvant garantir une gouvernance éthique et participative tout en ayant la nécessaire rapidité de décision (exemple avec notre contrat social Ecopol), trouver des futurs habitants qui s’engagent en temps et argent, trouver un lieu de qualité à prix abordable, et bien sûr garder la confiance intérieure dans les moments de tempêtes socio-économiques.

La Smala a déjà créé plusieurs écovillages en romandie en réussissant à garder le cap malgré des tentations de s’arrêter dans le premier port sur la longue route de l’écologie communautaire. Nous avons trouvé un bon équilibre entre les divers ingrédients à réunir pour ce périple qui dure en moyenne 7 ans, entre l’idée initiale et la communauté stabilisée avec cohabitation solidaire et coopération socioprofessionnelle dans l’écolieu. Ces ingrédients sont des pilotes (2-3 responsables de projet, experts méritants et transdisciplinaires, capables de mener la barque par tout temps) et un groupe de soutien, composé d’investisseurs, de futurs habitants et de personnalités en soutien moral.

Avec ce projet en Gruyères, nous visons à développer un lieu plus grand, avec petite restauration, salle de conférences et de cours, petit musée, activités parascolaires et de formation continue, espace bien-être, bref, une communauté de partage.

Ci-dessus la photographie à la première réunion le 1er octobre 2016 au salon bien-être de Porsel (avec, de gauche à droite: Elisabeth Weissbaum, Alexandre Rochat, Véronique Gasser, Mireille Castella, Christiane Kolly et Mathieu Breitenstein). Cette équipe commence à peine son activité. Elle sera très probablement renforcée, transformée. Des nouvelles personnes y arriveront, et d’autres en sortiront. C’est ainsi que, petit-à-petit, les écovillages font leurs nids.

Et voici l’avancement de cette aventure d’écovillage en Gruyère, étape par étape.

  1. Été 2016: Christiane Kolly annonce son intention de co-piloter la création d’un écolieu pour 20 à 50 foyers.
  2.  Octobre 2016: un petit groupe de travail s’est formé. Il est copiloté par Christiane Kolly, Mathieu Breitenstein et Théo Bondolfi. C’est Christiane qui est le pilier de ce projet spécifique, Théo Bondolfi et Mathieu Breitenstein apportant les ressources générales de la Coopérative Bâtir Groupé et de son partenaire l’Institut Smala.
  3. Premier semestre 2017: Christiane et la Smala s’apprivoisent, elle en devient membre, nous formalisons les nécessaires documentations légales (contrat de placement de fonds, contrat de bail…) avec notre conseiller juridique Me Wavre, tout en cherchant divers terrains en Gruyères ayant la bonne taille et le bon prix.
  4. Juillet 2017: donation de Françoise et Philippe Auberson, du centre de Thérapies Naturelles Oryal en Gruyères, qui s’enthousiasment pour ce projet et font deux versements spontanés pour permettre d’investir quelques heures de professionnels afin d’étudier la faisabilité technique de plusieurs terrains, dont une perle rare, le château de Corbières. Merci et bravo à eux, ils donnent ainsi le coup d’envoi pour la partie financière du projet, qui est souvent la plus délicate.
  5. Septembre 2017: l’étude de faisabilité montre que le projet est financièrement viable : nous devons réunir près d’un million de francs (intérêt à 2%/an) et signer au moins 10 promesses de baux à loyer pour des logements coûtant en moyenne 450chf/pièce privée (chambre, salon, grande cuisine et donnant l’accès à des espaces communs nombreux, incluant grande cuisine et salon commun, mini-SPA, terrasses et jardins avec vergers en permaculture, et accès à une plage sur la lac de Gruyères devant la maison).
  6. Octobre 2017: coup d’accélérateur, le vendeur nous informe qu’il baisse le prix, ceci nous contraint à mettre les bouchées doubles pour trouver les futurs cohabitants et les fonds propres (idéalement des personnes qui souhaitent cohabiter et placer des fonds, la pièce équivalent à environ 30’000chf de fonds propres et 450chf de loyer par mois).

Une initiatrice expérimentée.
Christiane Kolly a l’expérience de la cohabitation, notamment à Damanhur, le plus grand éco-village… d’Europe (deux communes complètes près de Turin en Italie). La direction de l’équipe de Smala, représentée par Théo Bondolfi qui préside aussi la coopérative Bâtir Groupé et a piloté la création de plus de 40 petites éco-communautés, apporte la dimension plus pointue de l’administration de coopératives d’utilités publiques sur fonds partiellement fédéraux, et d’innovation sociétale pour mixer cohabitat avec soutien à l’installation de micro-entreprises utiles pour la société dans ces Ecopol.

Christiane a l’expérience de la gestion d’événements dont plusieurs salons de bien-être. Elle est experte en gestion de dynamique de groupe, animation socioculturelle, communication non-violente, administration de projets et management par objectif, gérance d’immeubles, la gestion de service client, la gestion web, l’écriture (elle a écrit plusieurs livres) et les thérapies alternatives, domaines expérimentés, c’est une personne idéale pour relever le défi de créer, la perle rare pour lancer ce projet. C’est une pré-retraitée très active. Elle a utilisé l’expression “même dans les moments difficiles, l’important est de se dire, je veux continuer l’expérience”. C’est effectivement la clé du succès numéro 1 d’un écolieu : une personne (ou quelques personnes) solide, fiable, durable, capable de résister aux moments de tempête qui ne manquent malheureusement pas de se présenter, comme dans toute aventure passionnante et tumultueuse de création d’écovillages.

La mission de Smala: créer des environnements fertiles pour la transition écologique, plutôt qu’un projet figé.

Concrètement, l’objectif de nos groupes de travail « ecopol » est de préparer des terrains fertiles pour permettre d’y faire éclore les projets de futurs habitants, quels qu’ils soient, avec un seul fil rouge : l’écologie communautaire, telle que décrite dans livre Ecopol de la Smala.

Parmi les projets à l’étude, une école alternative, un jardin en permaculture, du petit élevage, et pourquoi pas bien-sûr aussi des activités spécifiques pour les seniors, les enfants, un incubateur de micro-entreprises, des soins et services à la personne, etc. Plutôt que de se fixer sur ces projets spécifiques, la force de la Smala, qui copilote ce projet avec Christiane, c’est d’avoir l’expérience d’appuyer tout type de projet humaniste et écologique. Nous créons le terreau fertile, pour que les projets puissent éclore à leur rythme.On nomme cette action d’appui l’incubation (d’innovation sociale), c’est une des clés des services Ecopol, décrites dans son contrat social Ecopol.

Créer ce terrain fertile en se reliant aux institutions locales et internationales, et en offrant les ressources centrales à Smala, à savoir son expérience et son expertise en gestion de projets complexes, en administration, en développement de micro-entreprises économiquement viables, en éco-construction, et en réalisation de projets immobiliers éthiques. Et donc créer le terreau fertile pour que les projets des futurs habitants puissent y éclorent. Nous avons déjà commencé en participant au forum logement du canton de Fribourg, en présentant le projet à une journée de l’habitat participatif le 1er juillet 2017, et en réalisant plus de 10 projets d’innovation sociale décrits ici, et sous l’égide de Smala et ses partenaires Ynternet.org, APTES et cie.

Pour ce projet en Gruyère, tant que le château de Corbières reste à vendre, c’est notre lieu prioritaire voire exclusif sur lequel nous nous focalisons. Mais même si le lieu compte beaucoup, ce qui compte avant tout, c’est les gens qui s’y impliqueront et leur intention de cohabitation et coopération. Car oui, ce château est une perle rare, mais oui aussi, il existe d’autres lieux dans lesquels bien vivre ensemble en Gruyères, si Corbières nous passe sous le nez.

Les copilotes, principalement Christiane Kolly et Théo Bondolfi, ont la difficile mission de travailler 100% bénévolement pour permettre au rêve de devenir réalité. Ils investissent du temps malgré les vents contraires, voient beaucoup de gens venir et repartir, certains passionnés qui ensuite changeront d’idée ou de projet, certains motivés mais sans capacité de passer à l’action. Ils devront rester fidèles au poste. Chacun-e peut les aider en contactant Christiane qui tient une liste des aides souhaitées : tenir un stand, faire une mise sous pli, encourager des amis à placer des fonds, aller dans des réseaux locaux existants pour leur présenter la démarche, et bien sûr, l’essentiel, s’inscrire pour un bail ou placer des fonds.

Formulaire pour placer des fonds
Dossier complet (pdf) (avec statuts et règlement, chiffres-clés et articles de presse)
Formulaire d’adhésion (pdf, à imprimer signer-poster)
Formulaire d’adhésion en ligne (pour ceux qui préfèrent le 100% web)

Une fois votre adhésion validée, vous recevez un courrier de promesse de bail selon le modèle qui est ici

Si vous avez d’autres questions d’ordre plus général vous êtes bienvenus à nos soirées premier contact, sinon abonnez-vous à notre newsletter pour être au courant de toutes les dernières actualités!