Foire Bio-Agri à Moudon du 11 au 13 mai

Nous serons présents à la foire Bio-Agri à Moudon du 11 au 13 mai

Venez nous retrouver au Stand No. A21

Ce qui vous attends:

  • Concours de vendredi à dimanche « Gagner une nuit de rêve dans un écovillage »
  • Conférence dimanche à 14h « Créer des écovillages : des terres fertiles pour cultiver le vivre ensemble »

On se réjouit de vous voir nombreux et de partager ce moment avec vous

Pour être bénévole au stand: inscrivez-vous ici

Bien entendu les trajets et les repas de la journées sont remboursés pour les bénévoles

Lire la suite

Chantier Cheiry2 en cours !

Le 27 mars 2018 c’est partit!

Premier rendez-vous de chantier: les travaux démarrent. L’ossature bois arrive en mai 2018 et la remise des clés est prévue pour l’été 2019.

On se réjouit de ce 2ème lotissement qui permettra une vraie dynamique communautaire dans cet écohabitat créatif de Cheiry où habitent déjà plusieurs familles.

Plus d’info ici

Lire la suite

Nouveau livre « Éternelle » de Christine Ley

Les écovillages de la Smala, c’est presque à un quart grâce à Christine. Elle nous a donné la voix aux conférences Déclic en 2013, et cela a suscité un engouement fantastique.

Journaliste, elle a suivi son instinct et repris récemment l’écriture, avec un roman hors du commun, “ÉTERNELLE”, sorti fin 2017. Éternelle pose des questions comme : si la conscience survit au corps lors du décès, où donc va-t-elle? Qui n’a jamais imaginé assister à ses propres funérailles ? Ressenti d’avoir déjà vécu sur Terre à d’autres époques, en d’autres lieux ?
Après un repas participatif (chacun prend un sucré ou salé),
Christine Ley, en bonne journaliste et communicante nous partagera son imaginaire en nous faisant découvrir des morceaux choisis.

C’est dans notre écovillage de Grandvaux que ça se passe le mercredi 28 Mars 19h.

Inscription ici!

Lire la suite

Histoire drôle : en 2018, Dieu visite la terre et dit à Noé …

À La Smala notre quotidien nous amène à avoir une réflection sur cetaines situations encontrées. Ainsi, il s’en retourne des petites histoires adaptées drôles et cocasses :

En 2018, après Jésus-Christ, Dieu visite la Terre et dit à Noé …

Une fois encore la Terre est devenue invivable et surpeuplée. Construis une arche et rassemble un couple de chaque être vivant et quelques bons humains.
Dans 6 mois, j’envoie la pluie durant 40 jours et 40 nuits et je détruis tout !!!

6 mois plus tard, Dieu retourne voir Noé et ne voit aucune ébauche de construction navale. Mais Noé !? Tu n’as pratiquement rien fait … Demain j’envoie le déluge.

Pardonnes-moi Tout Puissant, j’ai fait de mon mieux, mais les temps ont changé …
J’ai essayé de bâtir l’Arche, mais il me faut un permis de construire, et l’inspecteur me fait des ennuis au sujet du système d’alarme anti-incendie ?! Mes voisins ont créé une association parce que la construction de l’échafaudage dans la cour viole le règlement de copropriété et obstrue leur vue … J’ai dû recourir à un médiateur pour arriver à un accord.

L’urbanisme m’a obligé à réaliser une étude de faisabilité, et à déposer un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires à transporter l’Arche jusqu’à la mer…pas moyen de leur faire comprendre que c’était la mer qui viendrait à nous…ils ont refusé de me croire.
La coupe du bois pour la construction s’est heurtée aux multiples associations de protection de la faune et de l’environnement, sous le triple motif que je contribuais à la déforestation, que l’autorisation des Eaux & Forêts n’avait aucune valeur aux yeux du Département de l’Environnement, et que cela détruisait l’habitat de la faune locale … j’ai pourtant expliqué qu’il s’agissait au contraire de préserver la biodiversité ?! … rien n’y a fait.

J’avais à peine commencé à rassembler les couples d’animaux, que le WWF et la SPA me sont tombés dessus pour acte de cruauté envers les animaux, parce que je les soustrayais à leur habitat naturel pour les enfermer dans des espaces trop exigus.
Ensuite, l’Agence gouvernementale pour le Développement Durable a exigé une étude d’impact sur l’environnement … de ce fameux déluge.

Dans le même temps, je me débattais avec le Secrétariat au Travail qui me reprochait de violer la législation en occupant trop de bénévoles…je les avais pourtant embauchés, car le syndicat du travail m’avait interdit d’engager mes propres enfants, disant qu’ils n’étaient ni qualifiés, ni syndiqués, et encore moins en âge de travailler.

Enfin, le fisc a saisi tous mes avoirs, prétextant que je me préparais à fuir illégalement le pays avec des biens non déclarés, tandis que les Douanes menaçaient de m’assigner devant les tribunaux pour tentative de franchissement du territoire en possession d’espèces protégées et menacées, ou reconnues comme dangereuses !?

Aussi pardonnes-moi Tout Puissant, mais j’ai manqué de persévérance et j’ai abandonné le projet.

Aussitôt les nuages se dissipèrent, un arc-en-ciel se déploie et le soleil luit à nouveau …

Mais tu renonces à détruire le Monde ? Demanda Noé …

Inutile, répondit Dieu …

l’Administration s’en charge !

Vous avez bien ri ? Vous êtes curieux ? Alors venez nous rencontrer !
Image par Théo Bondolfi

Lire la suite

Inauguration écovillage Grandvaux 1er septembre 2018

Gratuit, sur inscription ici.

L’idée de la Smala de créer le premier écovillage de Romandie, membre du GEN-Europe, a été lancée en 2013. Sur 2014-2016, nous avons constitué un comité de soutien, réuni les fonds, imaginé l’écolieu et l’avons construit, de nos mains pour tout le second oeuvre (ossature bois, espaces lumineux et multifonctions, label Minergie et plus).

Nous y habitons depuis octobre 2017 !

Sur 2017-2019, nous sommes en train de l’équiper et l’aménager, pour qu’il devienne un vrai laboratoire vivant de la transition écologique.

Smala centre de formation à la transition écologique
Maison Berber

INAUGURATION OFFICIELLE 1ER SEPT 2018

Au programme:

  • 13h30 : arrivée et visites des jardins
  • 14h : partie officielle avec Mme Nuria Gorrite, Prés. Cons. État Vaud.
  • 15h15 : apéritif, mini-dégustations et visite du centre Ecopol
  • 16h30 : concert d’Alexandre Cellier & amis artistes de la Smala
  • 18h30 : verrée et buffet, sur les terrasses du Lavaux
  • 20h : conférence invité spécial sur la transition écologique

Gratuit, sur inscription ici.

La maison Berber de la Smala, en hommage à Bernard Werber, est à la Rue de la Gare 17 à Grandvaux, au coeur du Lavaux.

Mieux vaut venir en train, maison à 2min de la gare.
Parking possible devant la gare, places blanches du Park&Ride CFF (laissez les places libre devant la maison Berber SVP).
Accès handicap avec monte-charge pour tout le centre.

Lire la suite

Simplicité volontaire, cette valeur délicate qui nous relie.

La Smala, la tribu en mouvement qui crée des écovillages c’est bien joli comme slogan, mais vous êtes nombreux à nous demander qui nous sommes concrètement, et ce qui nous relie ? Et vous avez raison. Essayons ici d’aller plus en profondeur avec cette petite histoire.

20161201_201441

Octobre 2017. Nous sommes en réunion des cohabitants de Cheiry. C’est encore l’été indien, on est une quinzaine à table avec plein d’enfants et de bons miams apportés par chacun, puis on s’astreint à l’indispensable point formel du mois avec PV participatif (arrivées, départs, vacances, travaux en cours, améliorations, suivi des fournisseurs, achats mutualisés, fête de fin d’année…). Une vraie petite entreprise socioculturelle de vivre ensemble. Et comme cette routine est maintenant bien rodée, on termine assez tôt, pour s’offrir un moment final hors du temps pour refaire le monde, s’écouter, s’entendre. À la table, des personnalités assez fortes, certaines passionnées, d’autres plus modérées, toutes avec des valeurs et centres d’intérêts somme toute assez différents : une maman bénévole dans une association de récupération des invendus au service des plus démunis avec son compagnon éducateur spécialisé et membre du parti socialiste, un pasteur-webmaster et son épouse qui animent une communauté locale d’entraide de 50 personnes, un artiste musicien classique sur clavecin et photographe avec sa compagne aide-soignante et hôtelière, un invité suédois sérial entrepreneur de passage à la Smala pour mieux imaginer sa transition socio-professionnelle (voir ici les offres de stages et bénévolats), un délégué du comité Smala pour l’animation des Ecopol, et les 7 enfants de la maison (toutes des filles !) qui gambadent tout autour et devraient vraiment aller se coucher maintenant ça suffit allez allez dodo câlin chouchou zouuuu… Oui c’est vrai, présenter des cohabitants en focalisant sur leur-s métiers ne les qualifient de loin pas suffisamment, mais cela donne une idée des histoires quotidiennes très diverses que nous vivons.

Idem à l’écovillage de Grandvaux trois jours plus tard, réunion de personnes aux parcours très variés : une biologiste formée en permaculture et son mari président de la Fédération des médecins de famille qui ont vécu en Afrique ; un couple de jeunes retraités bien actifs animant des services d’appui à l’équilibre dans les couples et lui, pasteur, ayant dirigé un centre culturel important de notre région ; une femme végétarienne ayant dirigé l’entreprise familiale leader romand de la vente de tronçonneuses (ça ne s’invente pas, on t’aime Christiane !) et responsable des poules et des nettoyages de notre écovillage ; un jeune homme de bientôt 18 ans qui est venu en Suisse fuyant la Somalie tout seul par le Sahara et la Lybie (mineur non accompagné) pour éviter à 14 ans d’être forcé de prendre les armes dans son pays ; un chauffeur de taxi en voiture électrique ; une chanteuse d’opéra ayant beaucoup de succès dans sa carrière et souvent en vadrouille de part le monde ; une stagiaire en marketing éthique et un artiste entrepreneur social que vous reconnaitrez peut-être 😉

Et dans ces deux groupes, la même réflexion : qu’est-ce qui nous relie ? On se le demande nous-même. On remue nos méninges pour réussir à nommer ce qui nous unit, ce qui nous connecte… Le style cool ? Pas suffisant ! Et puis dire à nos deux pasteurs qu’ils sont cools, c’est sympa, mais ce n’est clairement pas leur tasse de thé, you see what I mean my Brother (LOL). L’équité hommes-femmes, la justice sociale, l’économie solidaire ? Bien sûr, mais ce sont des notions trop généralistes, qui ne justifient pas notre choix de partager des cuisines, des ateliers, des abonnements à des revues. Acheter intelligent, c’est un prérequis évident mais qui ne fait pas de la Smala une vraie équipe innovante dans la manière de vivre ensemble. La religion chrétienne ? Même pas ! Certains à la table sont agnostiques, d’autres chamaniques, bouddhistes, taoïstes, et plus largement la religion est du domaine privé dans les Ecopol de la Smala, on ne favorise pas l’adhésion à une croyance commune, mis à part une bonne dose d’humour, l’état spirituel et créatif naturel qui vibre en nous ! L’écologie direz-vous, les verts, les petites graines ? Là encore, c’est un peu léger, car nous sommes tous écolos de manière très très différente d’une personne à l’autre : certains sont véganes et roulent toute la journée dans leur teuf teuf, d’autres sans voiture mais carnivores, d’autres 100% logiciels libres mais fument, d’autres humanistes profonds mais bien dépendant aux produits Apple et Microsoft, certains verts libéraux d’autres communistes, bref, on y est pas encore.

Mais voilà-t-y pas qu’en fin de soirée, le vin biodynamique aidant (on assume !), nous vivons quelques moments de grâce, de reconnaissance mutuelle, autour d’une valeur commune : la simplicité volontaire. Nous réalisons que ce qui nous permet de nous comprendre malgré les différences, de nous apprécier malgré les rythmes de vies pas si similaires que ça, de nous réconcilier après des malentendus qui nous ont froissés, c’est que fondamentalement nous sommes heureux de ce que la vie nous donne, nous jubilons dans l’effort de vivre. En reconnaissant ce lien, nous réussissons à nous contenter de peu, à aimer les petits plaisirs, à nous faire bien plus confiance que la moyenne des voisins, nous restons enthousiastes et sensibles malgré les inévitables déceptions dans nos relations, du genre : qui a pris les biscuits que j’avais laissé dans le salon pour mon garçon ? Vous avez encore claqué la porte en partant à 6 heures du matin, quand même… Merci de penser à vider les déchets dans la buanderie, c’est la 3e fois que le fait à la place des autres… Dans des maisons classiques, ce genre de déception engendrerait un renfermement. Pas à la Smala, parce que nous tentons de cultiver les relations, par de bons repas simples, par des petites attentions, de l’écoute, de la réconciliation, de l’entraide fréquente. En se retrouvant ainsi autour de l’esprit de la sobriété heureuse et dans la joie de vivre, nous cultivons les belles relations, nous ne cumulons pas les biens matériels, et nous acceptons de nous remettre en question, avec bienveillance.

A l’ère de la surconsommation, de la croissance économique monoculturelle, nous assumons que, face aux défis planétaires, nous restons des paradoxes vivants qui en faisons peu et en parlons beaucoup, mais tout de même nous sommes fidèles à l’objectif statutaire de l’association Smala : marcher ensemble, chacun à sa manière, sur le même chemin de la simplicité volontaire. Merci la vie, et merci de nous avoir lu jusqu’au bout ! A bientôt 🙂

Lire la suite

La transition écologique sera immobilière ou ne sera pas.

La  transition écologique est en cours, c’est certain. La destruction de la planète aussi. A la Smala, après de nombreuses luttes contre les injustices de ce monde, nous avons changé progressivement de stratégie sur 2004-2014; nous avons choisi de nous concentrer sur des solutions concrètes et intégrées et contribuer ainsi à une nouvelle justice sociale. L’immobilier est souvent perçu comme un symbole des déviances ultralibérales, des profits éhontés, de la réflexion sur le droit au logement, sur la réappropriation de terres tant pour l’habitation (logements dits ”sociaux”) que pour l’agriculture (réforme agraire). Mais si l’immobilier est pratiqué éthiquement, sans spéculation, avec des matériaux naturels et des règles de cohabitats favorisant le partage au quotidien, c’est toute la société qu’on peut ainsi faire évoluer positivement.

smalacoco17

Or, l’immobilier éthique existe bel et bien. Nous le voyons reposer sur trois piliers : le premier c’est la coopérative d’utilité publique, avec en Suisse un encadrement très positif de l’Office Fédéral du Logement. Le second, c’est l’efficacité énergétique, avec les labels de qualité qui demandent à être renforcés par l’usage de matériaux naturels (et pas que de l’efficacité en béton, ce que nous évitons le plus possible). Et le troisième pilier, c’est l’intention de partage, tel que décrit par le Global Ecovillage Network (GEN), dont Smala est la seule membre romande à ce jour. Ce prérequis d’intention est souvent sous-estimé ou simplement ignoré dans les projets immobiliers en coopérative, dans les rénovations douces menées par des entrepreneurs humanistes mais sans expérience de la gouvernance d’écohabitats participatifs.

C’est pour cela que, pour donner un cadre stimulant et universel à cette intention, nous y avons rajouté un règlement de cohabitation qui est simple, réaliste et vérifiable. C’est notre contrat social Ecopol, qui permet de créer des environnements agréables pour vivre ensemble, s’entraider simplement, acheter intelligemment, recycler en profondeur, se réconcilier quand on souffre, célébrer et s’inspirer les uns les autres. L’idée de ne pas se limiter aux 2 premiers piliers a commencé à germer en Romandie et ailleurs, mais le temps presse, il est urgent de ralentir, et donc de développer l’intention de cohabiter. 
A force de tenir des stands, de donner des conférences gratuites, d’ouvrir nos maisons à des repas conviviaux, la Smala et ses services Ecopol commencent à faire écho dans le coeur des gens qui étaient au début un peu hésitants face à l’idée Smala-Ecopol = bien sympa mais communauté = perte d’intimité = problèmes. Maintenant, plus de gens connaissent, moins de gens ont peur, le message est clairement passé : les architectes, économistes, artisans et administrateurs humanistes du réseau de la Smala sont des experts en immobilier durable, éthique, non spéculatif, au-delà des ghettos écolos (EMS écolo, centre d’étudiants écolo…).

Les services Ecopol commencent à devenir une référence pour la qualité de vie en Romandie. Et comme de plus en plus de propriétaires de terrains souhaitent sortir du marché immobilier spéculatif, ils viennent nous voir, et nous pouvons ainsi soutenir la création d’éco-habitats indépendants de la Smala et/ou co-animés par nos membres entrepreneurs sociaux. La Smala devient ainsi une petite fédération d’écolieux en Romandie. Dans nos rencontres premier contact (qui ont lieu chaque deux semaines), nous accueillons des personnes intéressées par nos services d’étude de faisabilité, de construction et de régie humaniste. Nous sommes passés de 1 requête par mois à 2-3 par semaines. Tous les projets qui nous sont présentés ne sont pas viables. Par exemple, une rénovation de petite ferme avec 10 pièces serait trop petit pour un vrai écohabitat participatif. Un terrain constructible au prix fort à Montreux ne permettrait pas nécessairement de loyers abordables. Un hôtel abandonné à rénover dans la Vallée de Joux n’aurait pas facilement des locataires (quoique !). Avec les services Ecopol, nous aidons souvent les propriétaires à reformuler leur projet, à identifier les conditions de succès, à se préparer pour les contact avec les banques alternatives et coopératives, etc. Contactez-nous !

Lire la suite

Micro-organismes : conférence d’une amie de la Smala jeudi 26 octobre 2017, Yverdon (VD)

Connaissez-vous les EM, alias microorganismes efficaces? Présentés comme une alternative aux produits chimiques, les EM régénèrent les sols et stimulent la croissance des plantes. Ces micro-organismes sont aussi un remède efficace contre la pourriture, les mauvaises odeurs, les mouches et les parasites. Emmanuelle Bigot, conseillère en environnement et gérante de BIOCAPI Sàrl à Yvonand, vous dévoilera tous leurs usages le 26 octobre prochain, à la Maison des Associations d’Yverdon, quai de la Tielle 3, dès 20h00.

jardinage-bio

Lire la suite

STAGES ET FORMATION : nouvelles opportunités.

Nous offrons de plus en plus de stages pour jeunes et formations à la résilience pour porteurs de projets d’écohabitats. Pour mieux sentir l’ambiance, nous avons réalisé un film de 5 minutes, à voir ici.

Trois options : stages de 6 à 12 mois , immersion 36h et formation sur mesure pour groupe constitués (pour les groupes, simplement répondre à cet email, y’a même eu 3 groupes de chinois qui nous ont mandaté pour créer des Ecopol en Chine, c’est pas une blague, voir ici notre page Facebook)

chantier.festif.20

Lire la suite